Don't Miss

Antoine Tako: état des lieux de l'informatisation des Universités publiques ivoiriennes

(*)Sept (7) mois après l’inauguration des universités, où en est on avec l’informatique dans les universités publiques de Côte d’Ivoire ?

Le projet e-éducation, ambitieux projet visant à mettre les outils TIC à la disposition de l’ensemble du système éducatif a démarré avec l’enseignement supérieur (pour en savoir plus : http://news.abidjan.net/h/440145.html)

Ce projet visait, au plan du dispositif, à interconnecter les universités publiques par fibre optique afin de faciliter le télé-enseignement entre les 3 universités publiques. Il est de notoriété publique que l’Université Félix Houphouet-Boigny  compense le manque d’enseignants en autorisant les siens à donner des cours dans les deux autres. Cette coopération existe aussi pour les pays africains francophones. Elle a été initiée par L’Agence Universitaire de la Francophonie qui a largement soutenu ce programme d’échanges d’enseignants il y a quelques années.

L’envergure du projet e-éducation est à la mesure des ambitions de la Côte d’Ivoire: rattraper non seulement son retard en matière d’informatique et de TICE[1], mais surtout d’obéir aux obligations faites aux pays de l’UEMOA de s’engager dans la réforme Licence-Master-Doctorat (LMD). Reforme qui devrait aboutir à une bonne lisibilité et harmonisation des diplômes à l’instar de ce qui se fait dans les universités Anglo-saxonnes. Les autres pays de la zone ont bien avancé dans la mise en œuvre de cette réforme et la Côte d’Ivoire a pris du retard pour las raisons évidentes liées à la crise sociale et politique qui la secoue depuis quelques années.

Dans sa conception actuelle, seul le Data center des universités publiques sert à faire fonctionner les services suivants:

  • la fourniture d’un accès internet haut débit, 100 Megaoctets (partagés), par câble et wifi ;
  • 3 000 accès simultanés à internet via les points wifi, à l`intérieur et autour des amphithéâtres ;
  • 500 accès simultanés à des cours diffusés sur l`infrastructure du télé-enseignement ;
  • 1 500 accès simultanés à des sessions/cours enregistrés ;
  • Plusieurs milliers d`heures de cours stockables ;
  • Plusieurs dizaines de milliers de documents numériques stockables ;
  • 50 connexions simultanées avec des universités du monde dans le cadre du télé-enseignement.

De tout ceci, seuls les accès wifi et l’Internet par câble au niveau des administrations (Présidence) ont fonctionné jusque là. Et, depuis quelques mois, le wifi ne fournit plus les connexions à Internet et le site de l’université ne fonctionne toujours pas (www.univ-fhb.edu.ci).


[1] Dans le système universitaire, il faut distinguer les différents corps de métier : la Formation, la recherche, la scolarité et les services d’appuis et l’administration. Chacun de ses services a ses besoins propres en utilisation de l’outil informatique qui sont différents. Les TICE s’entendent ici comme Les TICE regroupent un ensemble d’outils conçus et utilisés pour produire, traiter, entreposer, échanger, classer, retrouver et lire des documents numériques à des fins d’enseignement et d’apprentissage. Chaque acteur, dans un système bien pensé devrait pouvoir utiliser l’informatique de façon transparente.

(*) Cette contribution de Prof Antoine TAKO est en deux parties. La seconde sera consacrée à des propositions pour l’informatisation des Universités Publiques ivoiriennes