Don't Miss

BEPC 2016 : les symboliques du candidat SORO, 62 ans et maître d’école coranique

En parcourant mon fil Twitter hier mercredi 21 juin 2016, je suis tombé sur une information donnée par l’Agence Ivoirienne de Presse dans une dépêche « Soro Abdoulaye, 62 ans, maître dans une école coranique affronte, depuis lundi les épreuves écrites du brevet d’études du premier cycle (BEPC) au centre du lycée moderne 1 à Ferkessédougou ».

Pour moi, cette information est symbolique à double titre:

Elle montre qu’on peut apprendre à tout âge et qu’il n’est jamais tard pour prétendre à un diplôme. En effet comme il reconnaît lui même dans la dépêche « c’est un défi que je me suis donné: avoir le BEPC 2016, à l’âge de 62 ans. Si je l’obtiens, cela servira de modèle aux autres personnes âgées qui auront-elles aussi le courage d’affronter cet examen en composant comme candidat  libre sans gêne à côté de  leurs enfants et petits enfants qui font office de candidats officiels». Au moment où les Objectifs du Développement Durable (ODD) prônent l’éducation tout au long de la vie, M. Soro est un exemple à suivre.

 

 

En second lieux, M. Soro, Maître d’école coranique pose un acte très louable. En effet, en se présentant comme candidat officiel à un examen national, il montre la voie à ces milliers d’enfants inscrits dans les écoles coraniques. Il lance dans le même temps un message fort à leurs parents afin de les encourager à présenter les examens nationaux. Par ce geste, Maître Soro leur fait comprendre qu’étudier le coran est bien, mais avoir les diplômes nationaux est mieux pour l’insertion sociale. Cette symbolique est importante car beaucoup de jeunes ivoiriens ayant fait des écoles coraniques et obtenus des Masters dans les Universités en Iran ont du mal présenter les concours de la fonction publique ivoirienne car n’ayant aucun diplôme national. A ce titre, je pense qu’il devrait être pris comme exemple par le Ministère de l’Éducation Nationale (MEN) qui mène depuis des années le combat de faire intégrer les écoles coraniques dans le système éducatif national. Sans nul doute qu’avec l’exemple de Maître Soro, ce combat qui a déjà permis l’intégration de plus de 200 écoles coraniques va en intégrer un plus grand nombre.

En ce mois bénit de pénitence, la symbolique de Maître Soro doit inspirer la communauté musulmane et la communauté éducative.