Don't Miss

#BEST14 : Internet pour tous, Travail pour chacun

Best

La Troisième Édition des E-School organisée par l’Agence de Communication E-voir se tiendra du 4 au 6 Septembre 2014 à Bonoua sous le thème : Internet Pour tous. Alors que la Côte d’Ivoire doit faire face au chômage des jeunes, ce thème semble pertinent. En effet, donner la possibilité à Tous d’avoir accès à Internet, c’est donner la possibilité à Tous d’avoir accès à l’école et à Chacun, la possibilité d’avoir accès à un travail.

 

Dans un rapport sur la connectivité internationale d’internet en Afrique Subsaharienne publié en 2013, l’IUT a identifié trois facteurs exogènes qui freinent le développement de la connexion Internet : le coût de la connexion internet, la disponibilité d’une source d’énergie et l’illettrisme.

 

Ainsi, Internet pour Tous en Côte d’Ivoire, suppose alors que l’État mette en œuvre une politique qui devra influer sur la diminution du coût et la disponibilité d’une source d’énergie. En Effet selon l’IUT, l’utilisation de l’Internet dans un pays résulte de la volonté du pouvoir public de fournir à ses citoyens des moyens de se connecter à Internet pour leur développement économique et social. Cette volonté se manifeste par la mise en place des conditions juridiques et réglementaires favorables à la compétition entre les acteurs dans la fourniture des services, par la prise des mesures économiques et fiscales qui facilitent l’accès aux services et par la mise en œuvre de programmes et de projets permettant le développement rapide des infrastructures de base. Toutefois, le développement d’infrastructures ne pourra à elle seule favoriser l’accès pour tous à Internet. En effet, dans la zone UEMOA ou la Côte d’Ivoire est située, le taux moyen d’illettrisme se situe autour de 33 %. C’est à dire que théoriquement, un client potentiel sur trois à la connexion Internet ne peut pas utiliser le service car ne sachant ni lire ni écrire. En plus de ce chiffre, l’ont peut mentionner le taux d’analphabétisme en Côte d’Ivoire qui est de 51 %.

 

L’un des enjeux majeurs d’Internet pour Tous en Côte d’Ivoire sera alors d’en faire un usage pédagogique adéquat afin d’aboutir à une Éducation Pour Tous. En effet, un usage adéquat d’Internet dans les systèmes éducatifs peut favoriser : la formation des enseignants, l’élargissement pour faire face à la demande en éducation, l’accès aux ressources, etc. Internet pour tous permettra alors de lutter contre l’analphabétisme et l’illettrisme. Cet enjeu est important à deux niveaux. Dans un premier niveau, avec un fort taux d’alphabétisation et un faible taux d’illettrisme, c’est théoriquement avoir un taux élévé de client potentiel à la connexion Internet. Toute chose qui pourrait jouer sur la baisse des coûts de connexion à internet en Côte d’Ivoire. A un second niveau, pour un usage effectif d’internet dans le système éducatif, il faut disposer de contenus éducatifs endogènes. Toujours selon le rapport de l’UIT cité plus haut, les contenus provenant de l’Afrique subsaharienne sont souvent faibles. Il faut définir, au niveau national, un plan de développement de contenu local. Ce plan national de développement de contenu local concernera tous les domaines couverts par les TIC à savoir l’agriculture, la santé, l’éducation, la culture, le commerce et l’administration publique. Et la production de ces contenus surtout dans le secteur éducatif participera à la mise en place d’industries de production dans le domaine des TIC en Côte d’Ivoire. Ce qui peut être une source de création d’emplois par des entreprises locales et donc favoriser l’accès de chacun à un travail. Par ailleurs, l’alphabétisation et/ou l’éducation avec et à travers les TIC devraient avoir pour objectif principal de doter les apprenants des compétences afin qu’ils deviennent des producteurs et non seulement des consommateurs de contenus. Ainsi une fois formés, ces sortants au lieu d’être des demandeurs d’emplois, deviendront des créateurs d’emplois, ce qui favorisera l’accès de chacun à un travail.

 

Engagé dans une politique de lutte contre le chômage de façon générale et particulièrement au niveau jeunes, l’État ivoirien devrait faire une analyse critique de la situation afin de faire des choix stratégiques. En effet comme on peut le constater, l’accès pour Tous à Internet pourrait entraîner l’accès de chacun à un travail.

 

La rencontre de Bonoua permettra sûrement d’approfondir la réflexion amorcée dans ces lignes, afin de trouver des stratégies à mettre en oeuvre pour que l’Internet pour Tous soit une source de création de travail pour Chacun en Côte d’Ivoire.