Don't Miss

Cameroun: la problémaTIC au secondaire

Le Cameroun fait parti des premières pays d’Afrique au sud du Sahara à avoir introduit l’informatique comme discipline dans leurs systèmes éducatifs. Si cette introduction pionnière est à été saluée en son temps, il faut reconnaître aujourd’hui de grandes difficultés dans sa mise en oeuvre effective dans les établissement secondaires publics.

En effet, bien qu’étant discipline au programme officiel, les apprenants sont tenus de s’acquitter chaque année de la somme de 10.000 fcfa pour suivre des cours d’informatique. Des renseignements pris avec des parents d’élèves et des enseignants, il ressort que cette contribution versée directement à l’administration des établissements a pour but de permettre à celles-ci de les doter de salles informatiques. Pourtant, d’après des points de presses de la rentrée entendu à la CRTV; il s’avère que des apprenants dans certains établissements n’ont jamais pu, soit par manque de salles informatiques, soit par manque d’enseignants qualifiés, faire des cours d’informatique.

Comme l’on constate, cet exemple du Cameroun pose une vraie problématique des TIC à l’école. En effet, alors que l’Etat ne demande pas aux apprenants de contribuer financièrement pour suivre les cours de Mathématiques, de SVT, d’EPS, etc., il est paradoxale que ce même Etat demande une contribution financière pour les cours d’informatique. En introduisant l’informatique comme discipline dans le système éducatif, l’Etat a le devoir de s’assurer que sur toute l’étendue du territoire, les établissements sont équipés et dotés de personnes ressources pour son enseignement. Si non, à quoi bon introduire une discipline dans le système éducatif, si l’on est pas capable de pouvoir équiper tous les établissements et de s’assurer de l’effectivité de son enseignement?

Aujourd’hui, la majorité des pays en Afrique au sud du Sahara se sont engagés dans des politiques e-Education. Il est pertinent que ces pays sachent adapter leurs politiques e-Education à leur réalité. Au quel cas, ces politiques qui ont pour objectif d’utiliser les TIC pour favoriser la scolarisation et la qualité de l’éducation deviendront des freins à la scolarisation

Une lecture pour mieux comprendre les TIC en Education au Cameroun