Don't Miss

Ce que j’ai appris [pas appris] à la soirée des Leaders

1

La compagnie de téléphonie MTN Côte d’Ivoire m’a convié hier jeudi 9 avril 2015 à la soirée des Leaders avec pour invité principal le Ministre Thierry TANOH, Sécretaire Général Adjoint à la Présidence de Côte d’Ivoire. Cette soirée qui a enregistré la présence de plusieurs dirigeants d’entreprises a été belle en enseignement pour moi.

Ce que j’ai appris

Dans les propos introductifs M. Wim Vanhelleputte, DG de MTN Côte d’Ivoire, j’ai noté que pour qu’une entreprise soit leader de son domaine, il lui faut investir, innover et avoir une bonne ressources humaines. En effet, selon le DG, les investissements cumulés de MTN Côte d’Ivoire depuis 10 ans sont équivalents à la valeur de trois ponts Henri Konan Bédié et demi. Sur le plan de l’innovation, la compagnie s’est engagée très tôt à faire entrer ses clients dans le nouveau monde numérique en se dotant de 5 DataCenters dont trois de dernière génération et en mettant en place des services comme le Cloud, le Mobile Money, etc. Et pour y arriver MTN Côte d’Ivoire a su compter sur une ressource humaine de qualité.

Dans l’intervention du Ministre Thierry TANOH, invité principal de la soirée, j’ai noté qu’un leader c’est quelqu’un qui a une vision autour de laquelle il peut fédérer des énergies pour sa réalisation. Il est capable de franchir des obstacles afin d’atteindre des objectifs, cela tout en prenant des risques calculés. Et dans un État donné, la personne qui est leader joue un rôle plus ou moins fort en fonction de la force des institutions. En prenant des exemples sur les pays en voie de développement principalement d’Afrique et les pays comme la chine, il a démontré qu’il existe un lien fort entre leadership et développement d’un pays. Selon lui, le développement des pays d’Afrique dépendra de leur capacité d’intégration (régionale, sous régionale) et de la qualité de leur système éducatif. Pour y arriver, ces pays africains ont besoin de leaders qui peuvent éduquer les investisseurs étrangers sur le fait que la perception du risque lié aux investissements en Afrique est souvent très éloignée de la réalité. Sur la question des investissements dans les projets portés par les jeunes par exemple, il a estimé que les banques se comportent généralement comme le propriétaire d’une Lamborghini rouge. En effet, celui-ci préféra la prêter à un chauffeur expérimenté qu’a un nouveau chauffeur. Et comme le développement d’un pays dépend en grande partie de son réseau de PME, il a encouragé les pays à mettre en place des fonds pour accompagner et financer des jeunes détenteurs de projets. En plus de ces financements il a préconisé la formation de ces jeunes aux montages de projet car pour lui un banquier investit dans un projet qui le fait rêver en termes de retour sur investissement.

Ce que je n’ai pas appris

C’est comment une personne peut devenir leader. En effet, si dans ses propos le DG de MTN a donné les conditions pour qu’une entreprise devienne leader de son domaine, le Ministre Thierry TANOH dans son intervention n’a pas beaucoup insisté sur comment une personne peut devenir leader. Cette question me semble centrale surtout qu’aujourd’hui, beaucoup pensent à tort ou à raison qu’en Afrique pour devenir un leader, il faut être proche de ceux qui sont au pouvoir…

Quoi qu’il en soit cette soirée a mis en relief l’optimisme des leaders africains, qui étaient présents dans la salle, dans un avenir radieux pour le continent. Et comme dirait le Ministre Thierry TANOH « Je vois toujours le verre à moitié plein car la capacité de croissance de l’Afrique est extraordinaire »