Don't Miss

Côte d'ivoire: 20,5 millions de raisons pour le mobile à l'école

Bien qu’engagé dans la mise en oeuvre de la politique e-Education,  le Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique (MENET) reste toujours opposé à l’accès du téléphone mobile dans les établissements aussi bien du primaire que du secondaire. Vu les réalités du terrain, les derniers chiffres sur le nombre de cartes SIM actives ne devrait il pas changer la donne?

20,5 millions, c’est le nombre de cartes SIM actives en Côte d’Ivoire au 20 juillet 2013. Ce chiffre a été avancé lors d’une conférence tenue le 1er Août 2013 par le Ministère de la Poste et des Technologie de l’Information et de la Commutation (MPTIC).

Ce nombre de cartes SIM actives devrait normalement interpellé le MENET et l’emmener à changer de posture vis à vis du téléphone mobile. En effet, bien que le Gouvernement affirme sa volonté de doter toutes les écoles sur l’étendue du territoire de matériels informatiques, il est claire que ce processus prendra assez de temps. Et s’il faut attendre l’équipement de toutes les écoles, la mise en place de la politique e-Education prendra un temps assez long pour couvrir tout le territoire.

Une solution toute trouvée serait par exemple l’apprentissage mobile avec utilisation des téléphones mobiles dans les écoles primaires et secondaires. Cette solution est aujourd’hui viable eu égard aux différents projets conduits dans divers pays d’Afrique et par certains opérateurs de téléphonies de la place (Wiki et Cours d’anglais). En outre, elle aura pour avantage de rapprocher l’environnement social de l’apprenant, inondé par les téléphones mobiles, de son environnement scolaire. Et les raisons qui militent en faveur de cette solution semblent multiples. Parmi elles, le taux de pénétration du mobile, la large couverture du territoire, la facilité de la prise en main et surtout BYOD. En effet en encourageant le BYOD de façon judicieuse, le MENET pourrait mettre à profit les équipements individuels, aussi bien des apprenants que des personnels enseignants et d’encadrement, en terminaux mobiles .

Avec 20,5 millions de carte SIM actives, le MENT a aujourd’hui 20,5 millions de raisons de faire entrer le téléphone mobile dans les établissements primaires et secondaires. Ceci est d’autant plus normal que le même Ministère encourage l’utilisation du téléphone mobile pour les inscriptions dans les établissements secondaire.