Don't Miss

Côte d'Ivoire : la communauté Web découvre la classe numérique Sankoré

Sankoré

Ce samedi 12 Juillet 2014, l’Association Ivoirienne pour l’Intégration des TIC en Education (AIITICE) a présenté la classe numérique Sankoré lors d’un atélier qui s’est déroulé à l’espace de travail collaboratif Ovillage.

Au cours de cet atélier qui a réuni des spécialites du monde des TIC, de la culture, de l’enseignement et du Marketing, le Président de l’AIITICE a d’abord présenté le projet sankoré. Il a ensuite présenté la classe numérique Sankoré don de l’Ambassade de France à son association. Enfin, il a encouragé la communauté Web à s’approprier ce projet afin d’accompagner la Côte d’Ivoire dans sa politique d’intégration des TIC en Education. La présentation a pris fin par une formation sur la prise en main de la classe numérique Sankoré. Ainsi les personnes présentes ont à tour de rôle manipulé la classe numérique, et découvert ses potentialités pour le monde de l’éducation. Pour l’assistante, cet atélier leur a permis de toucher du doigt une classe numérique mais surtout de prendre conscience des enjeux et des défis de la mise en œuvre de ce projet Sankoré dans le système éducatif ivoirien.

En marge de l’atelier Sankoré, un atelier de formation Wikipédia a été annimé par le représentant de WikiAfrica en Côte d’Ivoire. Cet atélier avait pour but d’encourager la production de contenus ivoiriens sur Wikipédia. L’animateur a profité de l’occasion pour encourager les ivoiriens à produire sous licences Creative commons.

A la suite des atéliers, l’assistance a eu droit à la présentation de deux projets. Le premier est un portail web culturel pour la promotion de la destination côte d’Ivoire. Le second dénommé « A la decouverte… » offrira du contenu photo sous licences creative commons et proposera des circuits touristiques afin de donner envie de visiter la Côte d’Ivoire.

La rencontre a pris fin par la présentation de l’espace de travail collaboratif Ovillage qui selon l’un des promoteurs est un lieu où tous les ivoiriens et africians peuvent venir pour mutualiser leurs compétences afin de bâtir l’Afrique de demain.En effet, selon lui