Don't Miss

Côte d'Ivoire: les 3 grands défis pour l'émergence de l'enseignement supérieur

Univ

Gnamien Konan, le Ministre de l’Enseignement Supérieur de Côte d’Ivoire a dévoilé les trois grands défis de son ministère: employabilité, massification, excellence et qualité

 

C’est au cours d’une rencontre avec la Coordination Nationale des Enseignants Nhercheurs (Cnec) le 19 Juin 2014 que le Ministre a revelé ces défis. Selon lui, les trois grands défis de son Ministère « ont pour nom l’employabilité. C’est un thème qui veut simplement dire que quand on forme quelqu’un, on a le devoir et l’obligation de savoir s’assurer que la formation qu’on lui a donné lui permet de trouver un emploi. On ne forme pas pour former. C’est un défi de l’enseignement supérieur en Côte d’Ivoire, aujourd’hui c’est le principal défi pour toutes les structures de formation de l’enseignement supérieur. Quand nous voyons tous ces jeunes diplômés de l’enseignement supérieur qui ont du mal à trouver du travail, à s’insérer dans la vie, cela nous interpelle et donc c’est un défi. Le second défi, c’est le défi de la massification, le nombre de bachelier qui frappent à la porte de l’enseignement supérieur augmente chaque année. A la rentrée prochaine, c’est au moins 80.000 bacheliers qui frapperont à la porte de l’enseignement supérieur, il va falloir les accueillir d’une façon ou d’une autre. Le troisième qui à un lien congénital avec le premier c’est la qualité, l’excellence. C’est la qualité qui ouvre la porte au monde du travail…Ce défi de la qualité comme les deux autres défis, nous commande, à réaliser le préalable d’une paix sociale universitaire durable »

 

 Au regard des derniers résultats de l’enqête de l’AGEP sur le chômage des jeunes diplômés, ces trois défis identifiés par le Ministre semblent pertinents pour l’émergence de l’enseignement supérieur ivoirien. Et maintenant qu’ils ont été mis en exergue, il est temps d’identifier des voies et moyens pour reléver ces défis. Cela passera surement par l’engagement et la mobilisation de tous les acteurs  et partenaires (Gouvernement, Uniuversitaires, Parents d’apprenants, Sociétés civiles et Secteurs privés) du système éducatif ivoirien et non seulement les acteurs de l’enseignement supérieur comme semble préconiser le Ministre. Par ailleurs, pour relever ces trois défis, le Ministère de l’Enseignement Supérieur devrait aussi associer ceux de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle. En effet, pour un plus grand impact sur l’émergence du pays, ces trois défis devraient être adressés avec une vision sur le système éducatif ivoirien tout entier et non celui de l’enseignement supérieur uniquement.