Don't Miss

Education Ivoirienne, silence on réforme

Le Système Éducatif Ivoirien est actuellement dans une phase de grandes réformes. En effet, tandis qu’au supérieur l’on parle de la réforme Licence Master Doctorat (LMD), au primaire et au secondaire, la Formation Par Compétence (FPC) qui avait succédé le Programme Par Objectif (PPO), est entrain de faire place à l’Approche Par Compétence (APC).

La grande particularisé de ces réformes est qu’elles semblent se faire dans une indifférence générale et généralisée de la presse, de la société civile et des parents d’élève. En effet, les organes de  la pesse aussi bien écrite qu’audiovisuelle n’en font cas qu’à la faveur d’une sortie des Ministères en charge des questions de l’éducation. Et même dans ce cas, les articles se limitent généralement au communiqué de presse fournit par les dit Ministères et oublient de traiter le fond à travers des investigations plus poussées. Quant à la société civile, elle semble avoir baissé les bras devant les problèmes de l’école en Côte d’Ivoire. Préoccupée qu’elle est par les questions politiciennes, elle oublie que le fondement de la démocratie est une éducation de qualité. Pour ce qui concerne les parents d’élèves, leurs  agissements semblent scandaleux. Par exemple, au secondaire et au primaire, ils ont transformé les Comités de Gestion (COGES), outils de développement des écoles, en un outil de racket. Au supérieur, ils restent muets sur tout ce qui touche à la vie et à la formation de leurs progénitures.

Ainsi comme l’on peut le constater, toutes ses réformes se passent entre les Ministères en charge des questions d’éducation, l’administration scolaire, les enseignants et les apprenants. Comme si l’éducation en Côte d’Ivoire n’est que l’affaire des quatre entités citées plus haut et non celle de la société. Mais ce que la société  semble ignorer c’est que les bons et/ou mauvais produits des réformes éducatives ne sont déversés nulle part ailleurs qu’en son sein.

A qui la faute? Aux Ministères qui semblent ne pas vouloir associer la presse, de la société civile et des parents d’élèves aux réformes éducatives ou à la léthargie même de ces trois composantes majeures de la société? Quelque soit la réponse à cette question, la société Ivoirienne doit savoir une chose. Ne pas chercher à comprendre et à s’approprier les réformes éducatives, c’est comme cracher en l’air. Dans le cas d’espèce, elle devra s’attendre, tôt ou tard, au retour de cette salive dans son visage.

  • http://twitter.com/TakoAntoine Tako Antoine

    LA faute est à imputer aussi au manque de vrais spécialistes des questions d’éducation dans la presse.

    • http://twitter.com/MIANSEH Antoine MIAN, Ph.D.

      C’est un point assez pertinent. De sorte que faute d’une vraie rubrique portant sur l’éducation, les question d’éducation sont traitées dans les rubrique société, culture.

  • Pingback: Les trois réformes majeures du système éducatif ivoirien dès la rentée 2015-2016 - TICEDUFORUM()