Don't Miss

Éléphants Mathématiciens aux OPAM 2013: palmarès et perspectives

OPAM2

Une ivoirienne, reine Mathématique d’Afrique

(*)L’équipe

Les épreuves du baccalauréat coïncidant avec les olympiades, l’équipe senior n’a pu effectuer le déplacement. C’est donc l’équipe junior, composée d’une élève de Troisième, d’un élève de Seconde C et de deux élèves de Première C, qui a représenté la Côte d’Ivoire à la compétition.

 

Les partenaires

Nous remercions nos partenaires dont les soutiens matériels et financiers nous ont permis d’organiser les stages de formation des candidats, de payer les titres de transport et les frais de participation de l’équipe aux compétitions :

– l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan ;

– les éditions EBURNIE ;

– le District Autonome d’Abidjan ;

– UNILEVER ;

– le groupe de Services SIAO ;

– les NEI-CEDA ;

– les Anciens et Amis des Olympiades.

Le palmarès

Au classement des pays, la Côte d’Ivoire occupe la sixième place sur onze pays participants.

Au classement des candidats, la Côte d’Ivoire obtient deux (2) médailles de bronze grâce monsieur KOUACY Yann et à mademoiselle DANHO Samira.

De plus, mademoiselle DANHO Samira, en se classant meilleure jeune fille de la compétition, remporte le prix African Mathematics Queen mis en jeu par la Première Dame du Nigéria.

Les perspectives

La dernière édition des OPAM a révélé une profonde fracture entre la Tunisie, l’Afrique du Sud, le Nigeria, meilleurs pays de la compétition et les autres pays du continent.

Pour réduire cette fracture, il convient de prendre les dispositions utiles pour améliorer l’organisation et le financement des olympiades.

Dispositions à prendre à court terme

– Faire un bilan, sans complaisance, de la participation du pays aux dernières olympiades et en tirer les conséquences.

– Scinder l’équipe d’encadrement en deux (2) groupes : l’un chargé de la formation, l’autre chargé de la recherche de financement.

– Présenter aux différents partenaires les termes de référence (TDR) de la participation du pays aux prochaines olympiades panafricaines internationales de mathématiques.

En 2014, ces compétitions devraient se dérouler toutes les deux en Afrique du Sud, à deux semaines d’intervalles.

– Rechercher les financements pour la présélection des candidats, l’organisation des stages de formation, la prise en charge des titres de transport et des frais de participation de l’équipe aux deux compétitions.

Dispositions à prendre à moyen terme

– Organiser un test de présélection des candidats en novembre.

– Organiser trois (3) stages : décembre, mars, mai.

– Inviter deux (2) experts étrangers à chaque stage pour épauler les encadreurs nationaux.

Dispositions à prendre à long terme

– Créer une structure pérenne de recherches et de préparation aux olympiades.

– En plus des OPAM, cette structure doit se donner les moyens de présenter une équipe ivoirienne à chaque Olympiade Internationale : Physiques, Chimie, Biologie, Informatique, Mathématiques.

– La structure devrait bénéficier du soutien financier des pouvoirs publics et de partenaires.

– Faire appel à de jeunes enseignants compétents et motivés pour renforcer les équipes d’encadrement.

– Inviter des experts étrangers au symposium sur les olympiades (26 mars – 6 avril 2014) organisé pour le renforcement de capacité des encadreurs.

– Permettre aux deux (2) meilleurs candidats ivoiriens de participer à des stages à l’étranger : Afrique du Sud, Tunisie, Nigéria, France.

(*)Ce texte est tiré du rapport de mission de TRAORE Soma, Président de la Commission OPAM