Don't Miss

François AZOH: le corps social "les éducateurs"

Le fonctionnement de toute société impose l’existence d’un corps social que l’on nomme « les éducateurs ».

Ils sont nombreux et les premiers sont ceux avec qui nous avons conclu le pacte de la Vie, c’est-à-dire nos parents.

Par la suite nous rencontrerons une variété d’éducateurs qui agissent dans différents secteurs de la vie sociale ou sur les différentes parties de la personne humaine. Au sein de cette diversité d’éducateurs, on rencontre aujourd’hui les pairs-éducateurs. En effet à situation nouvelle (telles que VIH/SIDA, Violences basées sur le genre), émergence de nouveaux acteurs.

Quelles sont les missions et les fonctions de ces acteurs sociaux ? D’où proviennent les missions et les fonctions qui leur sont assignées ?

Mais avant d’aller plus loin, commençons par mettre un contenu dans le terme « Education« , notion qui se confond avec l’apparition de l’homme au regard des thèses évolutionnistes de Darwin (1859) et celles de la dimension « archaïque » proposée par Freud (1929).

Déjà en 1762, Rousseau propose une réflexion sur l’éducation avec « Emile ou de l’Education » et cette attention portée à l’Education coïncide avec ses réflexions dans le « Contrat social » sur le fonctionnement démocratique de la société avec la participation du peuple souverain dans l’organisation de la vie collective. L’hypothèse du lien entre Education et Démocratie peut aisément s’établir avec pour corollaire la Liberté (Cellier, 2010).

Si Rousseau avait porté son regard sur l’enfant, aujourd’hui l’Education concerne toutes les tranches d’âges et elle ne s’arrête jamais. On évoque maintenant l’idée de « l’Education tout au long de la vie » (Long Life Learning). En effet, le temps de l’éducation ne peut être suspendu (« Ô temps suspends ton vol » comme l’énonce le poète Lamartine), encore moins gaspillé ou détourné.

Pour proposer une brève définition de l’éducation :

Pour Freud, l’Education doit conduire à la construction de la Personnalité (le Moi) et toutes les actions sur l’individu visent l’équilibre entre le Ça (instance des plaisirs) et le Surmoi (instance de contrôle, de sanction). Toutes les influences exercées sur l’individu sont orientées vers la gestion de la frustration ou la tolérance à la frustration. En effet, la frustration est inhérente à la vie de l’individu et elle participe de sa construction et de son adaptation : tout individu qui ne parvient pas à gérer la frustration s’installe dans la zone de la pathologie.

Nous pouvons retenir que l’éducation est un processus de transformations, de changements des différents états de la personne humaine. Les modifications s’opèrent par une série d’actions sur l’individu selon une orientation déterminée.

_________________

Une contribution en trois partie de Prof AZOH François Joseph du Département des Sciences de l’Education de l’ENS d’Abidjan. Dans les deux prochaines parties, il abordera les missions et les fonctions des éducateurs.

L’intégralité du texte est la  conférence inaugurale prononcée par l’auteur pour la rentrée Universitaire de l’ENS d’Abidjan le 8 Octobre 2012