Don't Miss

Francophonie: le contenu, frein pour l'adoption des TIC?

Trois études réalisées sur trois continents (Afrique, Amérique et Europe) semblent montrer que….

Les francophones adoptent moins vite les TIC…

Au Canada, les résultats d’un sondage de Media Technology Monitor (MTM) auprès de 2000 francophones et 2000 anglophones portant sur l’utilisation de la technologie dans leur vie quotidienne montrent qu’au chapitre de l’adoption des technologies, la règle générale veut certainement que les francophones ont tendance à avoir un petit retard.

Pour faire un état des lieux de l’évolution des attitudes des enseignants vis-à-vis de l’intégration des TIC en Suisses (Canton de Fribourg), deux récoltes de données ont été effectuées en 2006 et en 2012 sur une même population de 393 enseignants du primaire et du secondaire. Entre autres résultats, cette étude de Jeanne Rey et Pierre François Coen montre que la langue d’enseignement a un effet significatif sur le sentiment de compétence dans la maîtrise technique des TIC. En effet, les enseignants germanophones s’estiment plus compétents que leurs collègues francophones dans les aspects techniques associés à l’usage des TIC.

…à cause du manque de contenus,

L’étude canadienne va plus loin et identifie l’une des raisons qui expliquent cet état de fait. En effet, selon les chercheurs, il est plus difficile pour les francophones d’adopter la technologie parce que, même s’ils peuvent acheter la technologie, ils n’ont pas les services et ou les contenus qui l’accompagnent.

Sur cette question du contenu, une étude réalisée dans quatre pays Afrique de l’Ouest (3 francophones et 1 anglophone) sur la perception des éducateurs de la relation entre les langues premières (langues maternelles) des apprenants et l’intégration des TIC dans les écoles est encore plus explicite. De façon générale, l’étude de Antoine MIAN montre que pour l’ensemble des éducateurs il n’existe pas de relation entre les langues maternelles des apprenants et l’intégration des TIC à l’école. Par contre,  les éducateurs des pays francophones ont estimé que le manque de contenus éducatifs en langue française pourrait être un frein à l’intégration des TIC en éducation dans leurs pays.

Ces éléments de constat montrent que le manque de contenus pourrait être un des freins pour l’adoption des TIC en milieu francophone de façon générale et particulièrement en éducation. Ceci devrait interpeller les organisations internationales francophones (OIF, AUF, etc.) à redoubler d’effort pour accompagner et encourager la production de contenus…