Don't Miss

Il y a 15 ans j'étais Prof au Lycée Municipal d'Attécoubé

Pour mes 15 ans au service du système éducatif ivoirien, je suis allé la matinée du lundi 25 novembre au Lycée Municipal d’Attécoubé. Dans cet établissement qui a été mon premier poste, j’ai été heureux de rencontrer des collègues avec qui j’ai partagé des moments. Cette visite m’a surtout permis de me rendre compte du chemin parcouru pensant du statut de Professeur raccroché en 1998 à celui de Maître-assistant des Universités en 2013…

Pour en arriver là…

j’ai dû faire des choix…

En 1996, le métier d’enseignant des Lycées et Collèges était très mal vu en Côte d’Ivoire. En effet, à la faveur du plan de redressement imposé à la Côte d’Ivoire par les institutions du FMI et de la Banque mondiale, le Gouvernement d’alors avait fait le choix de diviser par deux les salaires des nouveaux enseignants. Opter pour le métier d’enseignant en 1996 était un choix risqué, de peur de se voir traiter de Professeur raccroché par toute la société entière. Dès la prise de fonction 1998, il fallait aussi faire le choix de ne pas se laisser griser par le salaire et s’inscrire en 1999 en cours du soir pour préparer un diplôme d’ingénieur informatique. Comme pour dire que nous devons vivre notre vie dans nos propres yeux et non dans ceux des autres: familles et amis compris.

…rencontrer des personnes sur mon parcours…

Au carrefour de notre vie, il y aura toujours des personnes pour nous indiquer la direction à suivre. Et j’ai eu la chance d’avoir des personnes qui, à des moments critiques de ma vie, m’ont guidé par leurs conseils et appuis dans mes choix. D’abord en 1997 lors de mon année de stage au Lycée Municipal de Grand Bassam, le Proviseur d’alors M. Diolori, à notre prise de servie m’a dit exactement ceci : « Aujourd’hui tu as 26 ans, si à 30 ans tu es encore Professeur Certifié de Lycée, c’est que tu auras raté ta vie ». Comme mon père me le disait toujours, à un enfant qui doit réussir on ne parle qu’une seule fois… Ensuite en 2004 Mr Koffi Kouassi, Professeur de Mathématiques responsable de la formation des Professeurs de CAFOP à l’ENS d’Abidjan m’a permis d’y faire des vacations et y entrer par la suite. Enfin en 2006,  le Prof  Thierry Karsenti de l’Université de Montréal qui, à travers deux programmes de Formation Ouverte à Distance (FOAD) m’a permis de compléter un second cycle et faire un troisième cycle.

…et saisir des opportunités.

Dans notre existence, il y aura toujours des opportunités. A nous de savoir les saisir même au prix de sacrifices. Et j’ai eu la chance d’en avoir eu deux principales. Alors que j’étais encore enseignant au Lycée Garons de Bingerville, j’ai eu une proposition d’assurer des vacations pour la formation des Professeurs de Mathématiques des CAFOP  à l’ENS d’Abidjan. La seconde est la FOAD qui m’a permis de faire un troisième cycle à l’Université de Montréal tout en restant en Côte d’Ivoire.

La vie se joue souvent à un choix, une rencontre ou une opportunité près…