Don't Miss

Koumassi : comment sauver l’infrastructure scolaire ?

Toiture d'une école au Groupe Scolaire Dion de Koumassi

Depuis la rentrée scolaire 2015-2016, le Gouvernement ivoirien a décidé de mettre en œuvre la politique de scolarisation obligatoire et gratuite des enfants de 6 à 16 ans. Pour y arriver, l’État devra faire face à un certain nombre de défis parmi lesquels celui de l’infrastructure scolaire. Parce qu’il faut le dire tout net, le système éducatif ivoirien souffre du manque d’infrastructures. Comment peut- on le sauver ?

Je voyais à travers des images partagées ici et là sur les réseaux sociaux, l’état de dégradation avancé des infrastructures scolaires des villes et villages de l’intérieur du pays. Mais une visite dans trois Groupes Scolaires de la commune de Koumassi dans le District d’Abidjan m’a permis de me rendre compte que la dégradation des infrastructures scolaires est un problème réel aussi bien à l’intérieur du pays que dans le district d’Abidjan. A titre d’information, Koumassi, aux portes de l’aéroport, est la quatrième commune la plus peuplée d’Abidjan avec plus de 433 139 habitants. Elle renferme une grande zone industrielle avec des acteurs économiques ouverts au financement du développement social. En termes d’établissements d’enseignement, la commune de Koumassi renferme 105 écoles primaires, 2 grands lycées publics, 12 collèges et lycées privés, 4 écoles supérieures et 2 écoles publiques de formation professionnelle.

Cours d'une école au Groupe Scolaire Nord de Koumassi

Cours d’une école au Groupe Scolaire Nord de Koumassi

Le vendredi 13 novembre 2015 j’ai eu l’opportunité de parcourir le Groupe Scolaire Dion crée en 1972 qui compte 900 élèves. Ensuite le Groupe Scolaire Nord crée en 1970 avec un effectif de 3000 élèves. Enfin, le Groupe Scolaire Jean Baptiste Ekra, crée en 1980 avec un effectif de 480 élèves. Ce que je retiens de ma visite dans ces trois Groupes Scolaires, c’est que la dégradation des infrastructures scolaires dans la commune de Koumassi est une réalité comme pour l’ensemble des infrastructures scolaires de ce pays. Ces dégradations portent généralement sur l’étanchéité, les moisissures sur les murs, l’eau qui est stagnante dans la cour des écoles, ainsi que des toilettes inexistantes ou en mauvais état. Cette insuffisance et/ou absence de toilettes dans ces Groupes Scolaires posent un vrai problème d’hygiène qui à la longue peut avoir un effet sur le maintien des filles dans ces écoles… Lire la suite sur aniama.net

  • Pascal Getheme

    Bonsoir Monsieur MIAN, je voudrais tout d’abord vous remercier de cette initiative de débattre sur les infrastructures scolaires. j’ai fini ma formation ingénieur génie civil et je souhaite pour mon TFE (Travail de Fin d’étude) faire une étude sur l’état des infrastructures scolaires sis à koumassi et comment les améliorer. je serais donc heureux de pouvoir échanger avec vous à ce propos. au plaisir de vous relire.

    • Antoine MIAN, Ph.D.

      Bonsoir Pascal. Ce sera un plaisir pour moi d’échanger sur la question. Je reste tout disponible