Don't Miss

Le Ministre de l'Enseignement Supérieur fustige la réforme du BEPC

lycee_220_logements

Lors d’une visite le jeudi 27 mars 2014 à la clôture de atelier régional de formation sur la rédaction des projets de recherches en Sciences, Technologie et Innovation (STI) à l’Université Nagui Abrogoua, le nouveau Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS) a fustigé la dernière réforme du BEPC.

 Il a dit être totalement en phase avec ses hôtes sur le rôle que doivent jouer les sciences dans le développement de la Côte d’Ivoire. A cet effet, il a indiqué que « Le miracle des grands pays industrialisés est d’une simplicité sidérante, mettre les sciences au cœur de toutes les activités. C’est pourquoi, nos scientifiques doivent être protégés, accompagnés et choyés ». Il s’est indigné de de la dernière réforme de l’examen du BEPC au niveau du Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique (MENET) en ces termes « Comment est-il possible qu’aujourd’hui dans nos lycées et collèges, les mathématiques aient le même coefficient que l’Education physique et sportive (EPS), ou la musique ? ». Et d’assurer qu’on ne prépare pas l’avenir d’un pays avec de telles dispositions au niveau de l’enseignement. Pour lui, la nécessité de fournir en qualité des ingénieurs techniques, des savants en physiques, biologies, pharmacie est plus importante. Il a aussi exhorté les scientifiques et chercheurs à trouver pour pouvoir bénéficier de la confiance de l’Etat. Pour lui, les scientifiques doivent produire des résultats qui puissent être bénéfiques au développement du pays. C’est selon lui la condition sine qua none pour que l’Etat augmente les investissements nécessaires au renforcement de leurs activités.

Alors que cette réforme du BEPC avait donné lieu à des débats houleux entre ceux qui étaient pour et ceux qui étaient contre, cette prise de position du Ministre de l’Enseignement Supérieur sur la question semble un soutien de taille pour ceux qui étaient contre. Il reste maintenant à savoir comment sa collègue du MENET appreciera cette prise de position.

Cliquez ici pour en savoir plus