Don't Miss

Les Femmes Chercheurs s'informent sur la pension de retraite à l'aune de la nouvelle loi sur le mariage

Dmfem1

En prélude des Journées Scientifiques des Femmes Chercheurs, nous avons eu droit hier mardi 29 avril 2014 à l’amphi D de l’université Nangui Abrogoua à une conférence sur la pension de retraite des enseignants-chercheurs et des chercheurs.

Les intervenants étaient essentiellement M. Oussou Konan François et Mme Coulibaly du Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative (MFPRA) et M. Ouattara de la CGRAE. On retient en substance de leurs différentes interventions que l’ordonnance N° 2012-303 du 9 avril 2012 a fondamentalement modifié la gestion des pensions en Côte d’Ivoire et a fait de la CGRAE, société d’Etat et guichet unique en matière de paiement et de liquidation des droits à la pension en Côte d’Ivoire. La CGRAE est désormais une institution de prévoyance sociale doté d’une autonomie financière contrairement à la période de 1962 à Avril à 2012 où la caisse n’était pas un outil de gestion mais dépendait du Ministère de l’Economie et des Finances. En ce qui concerne le MFPRA, il s’occupe de la gestion de la sortie de carrière des fonctionnaires et agents de l’État. Les enseignants-chercheurs et chercheurs se situent dans les grade A4 à A7 et sont atteints par la limite d’âge statutaire pour la retraite à 65 ans. Plusieurs questions ont été abordées pendant leurs différents exposés parmi lesquelles les différentes formes de pension, les ayants-droits des bénéficiaires de la pension décédés, le mode de gestion de l’admission de faire valoir ses droits à la retraite pour limite d’âge statutaire ou par anticipation et le traitement des dossiers de pension. Les échanges se sont surtout articulés autour de la gestion de la pension de retraite des femmes, l’Impôt Général sur le Revenu (IGR) des femmes à l’aune de la Nouvelle loi sur le mariage qui met époux et épouse sur le pied d’égalité.

Démarrée autour de 10H30, la conférence a pris fin aux environs de 12H30 par un cocktail.

Une correspondance de Dr Marylise KOUADIO