Don't Miss

Les métiers porteurs du numérique pour les 5 prochaines années en Afrique

AB

Aujourd’hui, dans la grande majorité des gouvernements en Afrique, il y a un poste ministériel en charge de l’économie numérique. Cette importante données à un haut niveau politique montre que nos dirigeants ont pris conscience de l’importance du numérique dans le développement d’un pays. Mais l’économie numérique sur le terrain implique des nouveaux métiers. Pour en savoir plus, j’ai posé la question à des experts sur mon profil Facebook : « Selon vous quels sont les métiers porteurs du numérique pour les 5 prochaines années en Afrique? »

Des réponses qui pourraient orienter les établissements d’enseignement supérieur dans l’élaboration de leurs offres de formation dans le domaine du numérique.

Ncho Yao Exaucé Lorsque vous aurez fini de citer tout ce que vous voulez, vous allez augmenter les menaces, les risques et vous aurez besoin de vrais professionnels de la Sécurité Informatique appelés HACKERS. C’est pourquoi TOUS les films IT dans le monde parlent de HACKERS. C’est aussi pourquoi une grosse société d’assurance comme NSIA a maintenant NSIA Technologies avec comme spécialité la formation des HACKERS. Jean Kacou DIAGOU, PDG de NSIA a fait cette même étude, s’est posé les mêmes questions, et HACKER a été la réponse. Il a donc investit des milliards dans NSIA Technologie pour être leader du CEH (Certified Ethical Hacker)

Jean-Patrick Ehouman Antoine Mian L’Afrique n’a pas encore connu sa digitalisation.
L’industrie du logiciel va grandir, et même beaucoup plus qu’ailleurs. L’industrie du logiciel inclus autant le web que le mobile qui aujourd’hui ne sont plus différents. Les appareils mobiles eux-memes utilisent le web comme moyen d’interaction avec les systèmes logiciels et leurs données. Les métiers qui rapportent le plus et qui rapporteront le plus d’argent sont ceux qui impliquent l’aspect conceptuel des choses : chef de projet technique, lead développeur, lead sécurité, architecte systèmes, architecte web, etc.

Par contre si vous regardez de près, ces métiers ne sont pas encore très présents sur le continent car les entreprises n’ont pas en leur sein des personnes capable d’apprécier leur valeur ajoutée ou l’impact qu’ils pourraient avoir. Or ce sont ces profils qui favorisent la digitalisation. C’est comme décider de créer de grandes cités ou des villes ultra-sophistiquées. Vous aurez toujours besoins d’urbanisme capables d’imaginer comment les choses seront disposées. En attendant, nous vivront encore quelques années avec le fantasme de la création de contenu, jusqu’à ce que ces processus s’automatisent.

Philippe Batreau Les métiers évoluent et on ne connaît pas encore tous les métiers de demain. Il y a des valeurs sûres, dont le besoin est déjà là et va persister : développeurs, infographistes, cybersécurité, webmarketing Il y a les métiers qui vont se transformer, la notion de service informatique est encore très présente et l’évolution naturelle va vers les directions de système d’information où la compétence est moins informatique que managériale. C’est une évolution difficile car l’informatique passe de statut de décisionnaire à exécutant et il y a des résistances. Le métier de webmaster va éclater dans les spécialisations techniques que requiert cette fonction. Il y a des métiers qui apparaîtront avec les besoins de compétences qui émergeront (faut bien finir par émerger) du développement du numérique. A coté des compétences informatiques et système d’infos, on a besoin de commerciaux, de juristes spécialisés, de managers qui appréhendent les spécificités et la culture du secteur, de formateurs. Pour répondre aux besoins existants et à venir on a besoin de formation initiale et de formation continue pour la montée en compétences dans ce secteur. Y’a du boulot ! Un site intéressant sur le sujet : http://www.metiers.internet.gouv.fr/

Yedagne A. Frank Akpro Bon je n’ai pas été invité mais bon, on va parler un peu quand même; plusieurs secteurs sont visés, car comme l’a dit Jean-Patrick Ehouman l’Afrique et la cote d’ivoire pas vraiment à l’ère numérique. Il y a donc encore beaucoup de niches et de secteurs porteurs, La consultance, la dématérialisation, la conception et l’intégration de solutions, la production de contenu, la sécurité; si tous les autres secteur sont capables d’être pourvu la fabrication d’équipement IT risque d’être le talon d’ac hile de l’Afrique numérique comme l’a été celle des usines dans la production industrielle, etc…. Aujourd’hui l’Afrique ne conçoit ou ne produit presqu’aucun équipement. Quand tu vois la bataille des constructeurs, routeur, swtich, box, et autre nouveaux équipements IT, tu comprends aussi qu’a delà du simple logiciels et contenu numérique, la production d’équipement propre est sûrement une des meilleurs forces que l’Afrique aura pour assurer et pérenniser son autonomie numérique dans un monde nous sous sommes toujours consommateurs. Richard Stallman disait « si ne contrôle pas le logiciel, le logiciel va te contrôler », c’est pareil pour le matériel.

Henri-Damien Laurent ·

Développement appli mobile
IoT
Sécurité informatique
Data science ou analysts
Community manager
Référent numérique
E-currency
Mais il ne faut pas oublier que tout ça repose sur de l’infra (énergie, matériel) bref je réponds, mais j’adhère au commentaire précédent.

Nnenna Nwakanma

Optimisation de marque (branding)
Maketing digital
e-Commerce / ePaiement
Gaming
Services à distance