Don't Miss

Propositions pour le positionnement des Universités ivoiriennes au TOP 100 des Universités d'Afrique

Aiitice_rComment donner une identité numérique aux Universités publiques de Côte d’ivoire afin de leur positionnement parmi les Universités d’Afrique voir du Monde ? C’est à cette interrogation que des Universitaires, des acteurs et professionnels des TIC ont tenté de répondre lors de la quatrième Matinée des TIC en Education qui s’est ténue le lundi 10 juin 2013 à la bibliothèque numérique de l’ENS d’Abidjan. Organisée par l’Association Ivoirienne pour l’Intégration des TIC en Education (AIITICE) cette matinée avait pour invité le Coordonnateur du Réseau Ivoirien de Télécommunication pour l’Enseignement et la Recherche (RITER). Celui-ci a instruit l’auditoire sur la mise en œuvre de la politique e-Education dans les Universités et Etablissements de l’Enseignement Supérieur public de Côte d’Ivoire.

Dans son exposé, l’invité a d’abord présenté le contexte des Universités ivoiriennes, marqué par leur absence dans le classement des universités africaines. Il a aussi fait cas du manque de brevets de recherche émanant des chercheurs d’Afrique de façon générale et de Côte d’Ivoire de façon particulière.

Il a ensuite fait un historique du RITER. Ainsi, l’on peut retenir que le RITER est une association des Universités et Grandes écoles de Côte d’Ivoire sur pied lors d’un atelier tenu du 28 au 29 Novembre 2011 à Abidjan, gérée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS). Cette association nationale dédiée à l’enseignement et à la recherche va en droite ligne des recommandations de la 11ème conférence de l’Association des Universités d’Afrique (AUA). Le RITER est ainsi l’émanation nationale du WACREN, Le réseau régional dédié à l’enseignement et à la recherche en Afrique de l’ouest et du centre.

Enfin, il a présenté les activités menées par le RITER dans le cadre de la phase I de la mise en œuvre de la politique e-Education. Il a aussi présenté l’architecture des infrastructures et les services qui seront offert aux Universités et Grandes Ecoles dans le projet e-Education. La présentation, s’est achevée sur l’extension du projet e-Education et les défis majeurs liés à cette extension.

Les débats qui ont suivi ont tourné autour de trois points majeurs.

  • Le premier portait l’identification des actions à mener par le RITER pour le positionnement de nos Universités dans les classements des Universités du Monde. Pour les participants, il appartient à chaque Université de maîtriser son environnement pédagogique pour l’intégration des TIC en mettant en place des réseaux intranet afin de se bâtir une identité numérique. Ces réseaux intranet permettront de collecter les riches contenus scientifiques dont dispose chacune des Universités publiques. A partir de chacun de ces réseaux intranet, le RITER viendrait pour devenir le réseau des réseaux des Universités et Grandes Ecoles Publiques de Côte d’Ivoire à l’image du réseau RENATER en France.
  • Dans le second point, les participants ont identifiés des actions à mener par le RITER pour encourager les enseignants à déposer des brevets. Ces actions sont essentiellement des formations à la déclaration de la propriété intellectuelle et à la licence Créative Common. Il a été recommandé la mise en place d’une base de données de brevets.
  • Quel modèle économique pour la survie du RITER ? A cette question, les participants ont souhaité que le RITER soit déclaré comme un Groupement d’intérêt Public (GIP) à l’image du RENATER en France. Pour ce faire, il a été recommandé que le Ministère de l’Enseignement Supérieur, introduise une proposition de loi portant création des Groupement d’intérêt Public.