Don't Miss

Rentrée scolaire dans les collèges de proximité : Le Collège Moderne de Yaou-Aboisso fait la différence

Crédit photo: KAL

Il y a quelques jours, nous évoquions l’impasse dans laquelle se trouvent les nouveaux collèges de proximités ouverts en 2015-2016, faute de personnels. Alors que la plupart attendent le déploiement de ces personnels pour engager l’année 2016-2017, la Principale du Collège Moderne de Yaou elle, a mis tout en œuvre afin de permettre de début des cours.

Dans le courant de la semaine du 10 au 16 Octobre dernier, Madame Assié Pélagie, Chef d’établissement, Principale du Collège Moderne de Yaou, dans la DREN d’Aboisso, est entrée en contact avec les enseignants et l’Educatrice qui ont effectué leur stage dans cet établissement l’année scolaire dernière. Elle a essayé de convaincre chacun d’eux à accepter de venir aider aux inscriptions pour l’Educatrice et à la reprise des cours pour les enseignants. Elle est appuyée dans sa démarche par les habitants de la localité qui ont décidé de prendre en charge le logement et la nourriture de ceux qui accepteraient d’y aller (bénévolement) instruire leurs enfants qui trainent encore à la maison.

Ainsi, trois ex-stagiaires dont deux enseignants bivalents et l’Educatrice ont répondu à cet appel en allant se joindre aux quatre vacataires (3 enseignants bivalents et 1 Educateur) déjà recrutés, afin de démarrer effectivement l’année.

Yaou dont il s’agit ici, est celui d’Aboisso, après Ayamé, et non celui de Bonoua. Son collège est à sa deuxième année d’existence, avec deux niveaux d’études : 6ème et 5ème, de trois classes chacun, pour un effectif de 453 élèves déjà inscrits. Concernant les inscriptions justement, elles ont été débutées par la Principale dès les premiers jours de la rentrée, avant que les Educateurs ne viennent prendre la relève récemment.

A la question de savoir pourquoi elle a accepté d’aller servir bénévolement, en sachant qu’elle pourrait ne pas être maintenue à Yaou, Mlle Kobina Ahiwa Léontine, l’Educatrice nouvellement sortie de l’ENS, répond qu’il s’agit d’un « collège de proximité dont les élèves doivent avoir les mêmes chances de réussite que leurs camarades des autres lycées et collèges. » C’est donc « l’amour du métier et l’amour pour les enfants » qui l’y ont poussé. Par ailleurs, « le dynamisme de la Principale » l’a convaincue, car elle voit en celle-ci des qualités de leader, dévouée et soucieuse de la bonne marche du groupe des personnels qu’elle dirige. Aussi, existe-t-il une parfaite collaboration entre l’école et les parents d’élèves de Yaou qui font mains et pieds afin créer de meilleures conditions de travail pour les personnels : « tout le village est motivé afin d’assurer notre hébergement et notre nourriture », a-t-elle conclu.

L’exemple de Yaou-Aboisso en matière de partenariat école-parents d’élève, nous le voyons, est bénéfiques aux élèves qui ont pu commencer les cours dès le lundi 17 octobre.

Si cet exemple était suivi par la plupart des Chef d’établissement afin d’impliquer les parents et la chefferie dans le fonctionnement de leur collège, cela permettrait de sauver l’année des élèves des collèges de proximité en terme d’achèvement du programme scolaire, donc de quantum horaire.

Doh Koué