Don't Miss

TIC en Côte d’Ivoire: 3% de Trop!

images (3)

Autant le monde des TIC en Côte d’Ivoire a salué la mise en œuvre par le Gouvernement du projet de la gouvernance électronique (e-Gouv), autant il semble aujourd’hui désorienté voir désabusé par la nouvelle taxe de 3%.

En effet, alors qu’il s’entendait en 2014 à une mesure de défiscalisation des produits TIC, il a été accueilli par une nième « taxe spécifique sur les communications téléphoniques et les technologies de l’information et de la communication, à la charge des consommateurs et assise sur le coût des communications téléphoniques et des accès internet ».

Un proverbe de chez nous dit et je le cite : « on n’attire pas la mouche avec du vinaigre ».

La volonté du Gouvernement dans la mise en œuvre du e-Gouv est de voir le plus d’ivoiriens s’approprier les TIC. Cette volonté transparaît dans les vœux du nouvel an du Président de la République à la nation lorsqu’il disait que « 100% de la population ivoirienne aura accès aux services de télécommunication, grâce à l’utilisation d’une nouvelle technologie ». Malheureusement, la nouvelle taxe semble aller à contre sens de ce discours. En effet, ce n’est pas en greffant des taxes aux coûts des communications déjà élevés que la majorité de la population adoptera les TIC.

La volonté du Gouvernement dans mise en œuvre de l’e-Gouv est de faire du secteur des TIC un secteur créateur d’emplois. Cette volonté a maintes fois été affirmée par le Ministre des Postes et Télécommunication. Malheureusement cette nouvelle taxe semble aller à contre courant de cette volonté. En effet, ce n’est pas en greffant des coûts supplémentaires sur les factures des entreprises que celles-ci vont créer des emplois.

Une récente étude de McKinsey Global Institute (MGI) à montré que l’accès des populations à la large bande passante pourrait accroître la contribution des TIC au PIB de la Côte d’Ivoire à auteur de 1.5.  Malheureusement, cette nouvelle taxe qui n’encourage pas l’accès des populations à la large bande risque fort de ne pas être productive pour le PIB de la Côte d’Ivoire.

L’exemple du Sénégal montre que l’on peut produire des richesses économiques en défiscalisant les produits TIC. La Côte d’Ivoire qui aspire à une émergence économique à l’horizon 2020 devrait suivre le chemin tracé par Sénégal. Parce qu’alors que les taxes ne font entrer de l’argent que dans les seules caisses de l’Etat, la défiscalisation des TIC fera entrer de l’argent aussi bien dans les caisses de l’Etat que celles des populations.