Don't Miss

Unesco: la lecture sur mobile pour lutter contre l'illettrisme en Afrique

MobilePhone

Une étude bientôt publiée par l’Unesco, estime que la lecture sur mobile pourrait être une solution à l’illettrisme dans les pays  d’Afrique au Sud du Sahara qui connaissent un taux élevé de pénétration des terminaux mobiles.

Selon l’étude de l’Unesco, la lecture de livres sur téléphones et périphériques mobiles seraient un moyen de lutter efficacement et à moindre coût contre l’illettrisme dans les pays en développement. En effet, la lecture sur mobile, qui permet d’accéder à des textes du monde entier à peu de frais et avec un faible encombrement, est très bénéfique pour les jeunes en cours d’apprentissage de la lecture, et les adultes à faible niveau (semi-lettrés). Les lecteurs sur mobile sont aussi de plus grands lecteurs de livres « papier » et les lecteurs débutants composent près de la moitié des lecteurs sur mobiles.

L’étude révèle aussi que peu de littérature jeunesse est disponible sur les réseaux. Le déséquilibre entre les genres est par ailleurs préoccupant. Les femmes ne représentent qu’un quart des lecteurs sur mobile, alors qu’elles lisent en général deux fois plus que les hommes.  Par ailleurs, l’étude de l’Unesco identifie les trois obstacles principaux au développement de la lecture sur mobile : le manque de diversité des livres disponibles, la faible couverture réseau dans ces pays, et le coût de transfert des données.

Pour un usage efficient du téléphone mobile pour lutter contre l’illettrisme, l’Unesco recommande d’abord la création de portails qui réper­to­rie­raient pour les parents et les enseignants des œuvres destinées aux jeunes. Ensuite, elle suggère de diversifier les contenus en fonction du genre, du niveau et du langage des lecteurs. Enfin, elle encourage les opérateurs de téléphonie mobile à étendre leur infrastructures et à baisser le coût du transfert de données, voire à rendre gratuits les téléchargements via les applications de lecture.

A noter que l’illettrisme conti­nue de pro­gres­ser. En effet, 774 mil­lions de per­sonnes ne savent ni lire ni écrire dans le monde. Deux tiers sont des femmes. Le nombre de per­sonnes illet­trées en Afrique au Sud du Sahara, région la plus tou­chée, a aug­menté de 37% depuis 1990.

Source: VousNousIls