Don't Miss

Vacances scolaires: oui aux activités, non aux cours

Période de repos pour les élèves, les vacances scolaires sont souvent des casses têtes chinois pour leurs parents. Pour rendre ces moments de repos profitables aux enfants, il faut privilégier des activités en lieu et place des cours de vacances.

En effet, les vacances scolaires sont les périodes légales d’arrêt de travail dans les écoles fixées selon un calendrier. En un mot, ce sont des périodes durant lesquelles les établissements scolaires sont fermés, à l’exception des périodes hebdomadaires comme les week-end. Sur son blog, Nicole Delvolve distingue deux grands types de vacances scolaires. Il y a les vacances qui rythment les trimestres durant l’année scolaire et les vacances d’été qu’on appelle communément les grandes vacances. Les dates et les durées de ces périodes varient considérablement à travers le monde. Toutefois, les vacances qui rythment les trimestres scolaires sont beaucoup plus courtes que les grandes vacances. Selon l’auteure citée ci-dessus, il est important de comprendre la lourdeur et la complexité du travail des élèves afin de mettre en exergue la logique de leur permettre, grâce aux vacancess, de pouvoir faire avec efficacité leur travail scolaire.

Et pour cette période de repos soit profitable aux enfants, Marie-Claude Béliveau, orthopédagogue et psychoéducatrice lève un coin de voile sur ce qui est à ne pas faire et ce qui est à faire.

À ne pas faire

Imposer à votre enfant d’étudier pendant les vacances scolaires. Parce qu’il est possible que les difficultés vécues en classe pendant l’année scolaire provoquent chez votre enfant de la colère contre l’école en général. Cette émotion risque de se reporter sur vous et de devenir une source de conflits familiaux.

Dans cet ordre d’idée, j’encourage les parents à proscrire les cours de vacances pendant les grandes vacances comme c’est la mode actuellement en Côte d’Ivoire. Parce que comme le dit si bien Marie-Claude Béliveau, pendant ses vacances, votre enfant a certainement, comme les adultes, besoin de s’arrêter et de se reposer.

À faire

Proposer à votre enfant des activités ludiques qui font appel à ses compétences et aux notions apprises en classe : écrire une recette, vérifier une facture, jouer au scrabble ou au jeux de société, etc. Dans cet ordre d’idée, j’encouragerais les parents à opter pour des activités de vacances au cours desquelles va résoudre des problèmes de la vie courante en faisant appel à ses acquis scolaires. En effet, pendant l’année scolaire, l’enfant est souvent peu ou pas du tout exposé à ces types d’activité. Ainsi, le faire pendant les vacances, lui donne l’occasion de constater comment ses acquis scolaires peuvent lui permettre d’être utile à la société.

Aux autorités locales et hommes politiques qui organisent souvent des cours de vacances, je les encourage d’opter pour des camps de vacances. En fonction des spécificités locales, ces camps peuvent porter sur des thématiques en lien directe avec les réalités locales. Par exemple, aux enfants de Korhogo, on peut organiser un camp portant sur la poterie, à ceux de Yamoussoukro, un camp portant sur le tissage du pagne Baoulé et à ceux de Soubré, un camps portant sur la culture du Cacao. Ces camps de vacances thématiques me semblent plus bénéfiques aussi bien pour les enfants que pour la communauté. En effet, ils permettent des rencontres entre enfants de divers origines et leur donnent l’occasion d’être un acteur du développement local.

Mais si vous estimez que votre enfant a des lacunes ou du retard, assurez-vous que ce que vous percevez est bien réel. Pour ce faire, à la veille des vacances, discutez avec son enseignant qui peut lui-même l’encourager à étudier durant les vacances et lui fournir du travail ou lui suggérer des cahiers d’exercices. Afin d’éviter tous conflits familiaux, confiez à une personne qualifiée et engagée spécialement pour la résolution des lacunes ou retard. Pour un résultat optimal, accordez-à votre enfant arrêt total pendant une partie des vacances et encourager le à concentrer ses efforts de révision par la suite. Donnez-lui le choix de l’horaire : une demi-heure par jour ou une heure tous les deux jours le matin, par exemple. Et, au moindre signal d’alarme qui vous indique que votre enfant rechigne à la besogne et se fâche, proposez-lui de remettre la séance au lendemain.